aller au contenu
 

Louise Ausseil, chanteuse, élève en DEM Jazz à l'EDIM, nous parle de la soirée avec Chad Taylor/James Brandon Lewis Duo et "The Bell" Ches Smith/Mat Maneri/Craig Taborn

CHAD TAYLOR/JAMES BRANDON LEWIS

"Saxophone, batterie, c'est une formation originale et intéressante que nous proposent James Brandon Lewis et Chad Taylor. Ce projet, inscrit dans le free jazz, nous transporte vers des sonorités modernes et variées.

Les compositions sont simples, avec souvent une même phrase qui se développe. Elles servent pratiquement de faire valoir à l'improvisation qui s'en suit, permettant aux musiciens de se plonger dans une atmosphère différente à chaque fois.

Le premier morceau, en mode mineur mélodique, nous plonge dans une ambiance presque mystérieuse. S'en suivent des morceaux rythmés nous offrant ainsi une large palette de couleurs. De là en découlent des improvisations aux idées rythmiques et mélodiques variées, avec des influences jazz et, parfois, un peu groovy ou hip hop.

Le projet fait preuve de beaucoup de dynamisme. On sent bien que chacun, à travers son instrument et ses idées, essaie de trouver l'autre. Cependant, je pense que, ce soir-là, la connexion ne s'est pas vraiment faite entre les deux musiciens. Ils n'étaient pas toujours ensemble musicalement, me donnant l'impression qu'ils se retrouvaient, par moment, piégés dans des systématismes. Le saxophoniste parcourait ses gammes sans toujours leurs donner un vrai sens mélodique et le batteur s'enfermait souvent dans des patterns répétitifs. Du coup, on avait du mal à accrocher.

Cela dit c'est toujours le risque de ce type de musique qui base sa recherche sur l'inspiration du moment. Chad Taylor et James Brandon Lewis n'en restent pas moins d'excellents musiciens à la technique et aux connaissances musicales très solides.

CHES SMITH, CRAIG TABORN ET MAT MANERI "The Bell"

Le trio de Ches Smith nous a offert une démonstration musicale intéressante et très personnelle. Les compositions du leader sont qualifiées de musique de chambre, appellation qui a attiré mon attention. Le style que nous propose ce trio s'inscrit donc dans la ligné des enregistrement ECM dont les bases esthétiques, nées fin des années 60, se définissent par la fusion entre le jazz et la musique classique, celtique ou folklorique. L'improvisation a une place très importante et le violon et le vibraphone, qui font partie intégrante du trio, s'adaptent parfaitement à cette lignée musicale.

Les compositions fraîches et originales de Ches Smith se mélangent très bien aux passages improvisés et aux mises en places, celles-ci apportant de la force et de la rondeur au projet. Chaque instrument a su trouver sa place. Le timbre de chacun s'adapte parfaitement aux autres. Les improvisations varient du grand calme à des éruptions rythmiques plus intenses, entre lesquelles les instruments se prêtent à différentes humeurs musicales, là où le silence est aussi important que les grands moments de tensions. Cette maîtrise du son et des ambiances s'est traduite par une parfaite osmose entre les musiciens.

Et c'est que le jeu de Ches Smith, non seulement compositeur du groupe, mais aussi, batteur, percussionniste et vibraphoniste se marie très bien avec celui de ses partenaires. Craig Taborn est un pianiste au jeu percussif, en symbiose avec la batterie, mais qui sait aussi jouer un rôle mélodique si besoin. Le violoniste, Mat Maneri, possède un grand lyrisme mais sait aussi être percussif. C'est celui, qui à mon avis, offre le plus de possibilités quant aux différents timbres de son instrument, ce qui, pour ce style de musique, est un grand atout.

Finalement la virtuosité et les grandes phrases musicales n'ont dans ce contexte, pas autant d'importante, je pense, que la capacité d'interaction entre chaque musicien. Il s'agit ici de créer une ambiance, une atmosphère et je crois que, dans ce cas là, que l'on ait été touché ou pas, l'objectif a été atteint."

Louise Ausseil
Chanteuse / Elève en DEM Jazz (EDIM)