aller au contenu
 

Pratiquer l'excès du sensible...

November 2017


Au contact de la beauté, la musique nous dit quelque chose d’indicible que seules les correspondances poétiques saisissent. Un festival est alors une véritable oasis. Les formes artistiques y cristallisent les affects et les états existentiels les plus profonds. Formes inattendues sans cesse au travail.

Travail du rythme, des timbres et résonnances, du mouvement des esthétiques, des mélodies et des voix. Illuminations des sons.

Tout se joue en direct durant l’instant éphémère du concert. Boycott des habitudes établies. Confrontation étincelante.

Il faut en soit beaucoup de liberté et donc de sincérité pour y parvenir. Ne pas être devenu un artiste inoffensif et neutralisé. Ne pas céder au superficiel pour plaire "vite fait, bien fait". Pratiquer l’excès du sensible. Tutoyer le risque pour contrer la médiocrité.

Dans ce programme 2018, nous vous invitons à rencontrer des musiciens qui disent ce quelque chose de poétique, d’indispensable de notre monde incertain.

Ses passions, doutes, fantaisies, douleurs, peurs, rages, rires, colères, espoirs et tendresses.

Les musiciens fabriquent les sons de la vie.

Trente et un orchestres, venus du monde entier et de France, vont se présenter sur scène durant ces trois semaines musicales. Trois semaines pour prendre le temps de l’écoute attentive sans précipitation ou massification consumériste.

Le jazz et l’improvisation, dans leurs formes contemporaines en "créolisation" avec des musiques du monde ou le meilleur du hip hop ou bien l’improvisation rock-noise-électro, "free" ou tout autre son nouveau sans appellation, se croisent ici. Une ébullition intense des musiques dans leur unité et diversité. Et même lorsqu’elles ont les délicatesses troubles de l’élégie, ces musiques sont déterminées car elles ne cèdent en rien sur le sens de l’artistique. Elles nous convoquent au réveil de l’imagination et de l’énergie libérée. Pied de nez de la beauté à l’utilitarisme ambiant de nos temps techno-financiers.

Fabien BARONTINI, directeur du festival