aller au contenu
 
ven., 12 février 2016

Soirée Concert-Débat. Les murs contre les hommes

La crise dite des migrants en Europe a pris une ampleur nouvelle à l'automne passé et continue aujourd'hui. Elle soulève des questions majeures. Pour étayer ce thème, ce sera l'occasion de voir et d'écouter "The World is too Small for Walls", concert mélangeant des sons (création de Sylvain kassap avec comme invité pour cette date Benjamin Duboc) et des images (photographies de Alexandra Novosseloff) sur le thème des murs et d'échanger autour d'une table-ronde avec Nicolas Jounin, sociologue ; Olivier Razac, philosophe ; Claire Rodier, juriste et Dominique Vidal, journaliste...

"The World is too Small for Walls" de Sylvain Kassap et, avec comme invité pour ce plateau, le contrebassiste Benjamin Duboc est une trame musicale articulée autour des photos de la docteur en sciences politiques et relations internationales de l'Université de Panthéon-Assas (Paris II) et co-auteur avec Frank Neisse de l'ouvrage de 2010 Des Murs entre les Hommes Alexandra Novosseloff.

Le clarinettiste Sylvain Kassap a eu l'idée de ce spectacle en découvrant les photographies d'Alexandra Novosseloff en 2010. Leur contenu révélait déjà l'ampleur du nombre de murs qui se construisaient de par le monde, la haine et la peur séparant les hommes. Il inventa une musique accompagnant ces images pour nous alerter.
Crée le 10 février 2011 au Théâtre d'Ivry-sur-Seine Antoine Vitez dans le cadre de la 20e édition du festival Sons d'hiver, Sylvain Kassap tourne ce spectacle depuis cette date avec des musiciens différents comme invités.

 

À PROPOS DU PROJET PAR SYLVIAN KASSAP (2011)

"Tout d'abord, rappeler qu'aujourd'hui encore des murs, bâtis la plupart du temps sur la peur de l'autre, séparent les hommes. On parle toujours de celui de Berlin, disparu aujourd'hui, ou de celui que bâtissent les Israéliens, mais on a tendance à oublier les autres : ceux d'Irlande du Nord, du Sahara occidental, de Chypre, de Melilla, les murs qui séparent les USA du Mexique, l'Inde du Pakistan, les deux Corées..

Les photos d'Alexandra Novosseloff montrent ces murs frontières. J'ai choisi, avec son accord, de relier certaines de ces photos par thème : l'enfermement, la fermeture, la résistance, les murs comme lieu de parole, comme lieu d'expression artistique, l'espoir que ces murs disparaissent, avec une place spéciale pour la frontière USA / Mexique et ses cercueils colorés.... Puis j'ai imaginé une trame musicale articulée autour de ces différents thèmes, qui essaye de transmettre cette réalité, mais aussi l'incrédulité, l'incompréhension, la révolte qu'elle suscite. La dernière étape consiste à réunir des musiciens créatifs pour jouer avec cette trame devant ces images. L'idée pour ce projet n'est pas d'avoir un groupe fixe, mais de convier en fonction de chaque lieu un ensemble pour jouer cette suite, avec toujours une grande part d'improvisation et de réaction face à ces photos."