aller au contenu
 

"I need that record"Sons d'hiver fait son cinéma

Projection du film de Brendan Toller suivi d’un débat

Bernard Ducayron, Théo Jarrier disquaires (Souffle Continu) / Daniel Richard disquaire, producteur, paléographe / Jean Rochard producteur (Maison de disques nato)

Le film de Brendan Toller dresse un état du bouleversement s’opérant aux USA alors que les disquaires disparaissent les uns près les autres. Il nous fait prendre conscience, avec une certaine grâce, de ce que nous leur devons pourtant, à quel point quelque chose d’important s’est joué (se joue encore) en ces lieux, pour le devenir de la musique, son lien humain. Un point crucial pour débattre de l’économie de la musique aujourd’hui dans tous ses champs de vie…

RÉSUMÉ DU FILM
I need that record, titre éloquent du premier film du réalisateur Brendan Toller, dresse en 2008 un état du changement s’opérant aux USA alors que disparaissent les uns après les autres de nombreux disquaires. L’internet solitaire bien sûr, les dérèglements avides de l’industrie musicale, mais aussi la folie de l’immobilier lors du non renouvellement de baux de ces magasins, ces « centres d’un univers social » pour les céder aux chaînes sinistrement habituelles. Le film de Brendan Toller montre les petits drames humains qui se jouent dans cette transformation, dans cette perte.

Il nous fait prendre conscience, avec une certaine grâce, de ce que nous devons vraiment aux disquaires, à quel point quelque chose d’important s’est joué (se joue encore) en ces lieux pour le devenir de la musique, son lien humain. Si l’on y voit Thurston Moore, Glenn Branca, Legs McNeil, Lenny Kaye et même Noam Chomsky, les personnages principaux sont bien celles et ceux qui donnent vie à ces étonnants lieux, à leur force sociale, les animateurs d’un précieux petit monde. Sa diffusion française est assurée par les Allumés du Jazz.